Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

ggLa sensation Ă©prouvĂ©e chez le vieil homme s'accentua alors d'un coup. Comme un nƓud Ă  l'estomac. Quelque chose de dĂ©rangeant. Mais ça ne collait pas.

ggLa dĂ©tective laissa la photographie de cĂŽtĂ©, pour se concentrer sur les rapports. Il y en avait plusieurs diffĂ©rents. L'un dĂ©voilait l'enquĂȘte au fur et Ă  mesure de sa progression, avec des comptes-rendus d'interrogatoires, l'autre n'avait pas Ă©tĂ© rĂ©digĂ© par Rejal Steig et ses hommes, mais par quelqu'un de l'Ă©quipe venue les Ă©pauler. Il Ă©tablissait la reconstitution de l'enlĂšvement en se servant des divers Ă©lĂ©ments de la piĂšce. ScĂżlbel se mit Ă  le parcourir.


ggLes couverts sont mis et la chaise renversĂ©e. La victime devait ĂȘtre en train de manger lorsque son agresseur a attaquĂ© – on suppose qu'il est seul, rien n'en indique le contraire. Les traces de sang indiquent une lutte, mais Ă©tant donnĂ© qu'elles ne sont prĂ©sentes qu'en faible quantitĂ©, l'action a dĂ» ĂȘtre rapide. Soit la victime s'est servie du couteau retrouvĂ© Ă  terre pour se dĂ©fendre, soit elle s'est elle-mĂȘme blessĂ©e en rĂ©sistant. Les analyses nous le diront.

ggIl n'y a aucune trace d'effraction venant de l'extérieur, ni aucune trace de lutte, hormis ces gouttes de sang. On peut donc penser que la victime connaissait son agresseur ou, du moins, l'a laissé entrer. Une seule assiette était préparée, donc l'agresseur n'était pas attendu, sûrement arrivé à l'improviste.

ggLe sens dans lequel la chaise est tombée nous montre que l'agresseur venait de l'intérieur de la maison. La textesousdroitsdauteurtextesousdroitsdauteur



73



devant