Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

qui lui demandait de la rassurer. Se faire passer pour quelqu'un d'autre auprès d'autorités, qui se révélaient être souvent plus des obstacles que des aides, il n'y avait pas de problème, mais affronter ces yeux emplis de larmes qui n'avaient besoin que d'un peu de réconfort la déstabilisait toujours. Elle avait donc trouvé ce moyen de se concentrer sur autre chose, pour glisser une réponse à la fois vague et réconfortante. Ainsi, elle fit comme si les années qui la séparaient de son adolescence étaient tout juste suffisantes pour lui apporter le recul nécessaire. Comme si elle pouvait encore se souvenir de cette époque. Elle prit, avec son téléphone, un cliché de la scène. Cela lui permettrait peut-être de comparer avec celles prises par les enquêteurs le jour de l'enlèvement.

gg¬ę¬†Je peux aller sur la terrasse¬†? Pour examiner l'ext√©rieur.

gg‚Äď Oui, venez.¬†¬Ľ

ggLe vieil homme s'avança jusqu'à la porte et l'ouvrit. Elle ne pouvait être actionnée que de l'intérieur. C'est souvent le cas des portes secondaires, pour éviter un oubli, qui peut s'avérer dangereux. Ils sortirent, écrasant les graviers sous leurs semelles. La villa possédait, en plus de cette sortie, trois fenêtres au rez-de-chaussée, sur cette façade.

gg¬ę¬†Vous a√©rez souvent la maison¬†? demanda l'enqu√™trice.

gg‚Äď Il y a beaucoup d'ouvertures, ici. Mais celles du rez-de-chauss√©e ne sont ouvertes que lorsqu'on les utilise ou qu'on est dans la pi√®ce. Celles des √©tages, oui, plus souvent.¬†¬Ľ

textesousdroitsdauteur



60



devant