Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

MĂȘme pas le temps de savoir ce que c'Ă©tait exactement, qu'il devait dĂ©jĂ  ĂȘtre loin dans la forĂȘt. Elle aurait dĂ» s'en douter. Qu'est-ce que ça pouvait ĂȘtre d'autre ? Mais quelque chose ici exacerbait ses craintes. Ce sentiment s'amplifiait depuis son arrivĂ©e au village. Mais la jeune femme le subissait depuis bien plus longtemps.

ggIl s'était en fait révélé depuis l'arrivée, dans sa vie, d'Hyzaik Ramenton, songea-t-elle.

ggElle referma la porte laissée entrouverte lors de son entrée. Une erreur.

ggLe matelas remis en place, la porte bloquĂ©e par le dossier de la chaise, deux chemises pendues devant les fenĂȘtres pour cacher sa prĂ©sence aux yeux de l'extĂ©rieur et assez de bois tassĂ© dans le fourneau avec le tisonnier pour tenir une partie de la nuit, ScĂżlbel se coucha.

ggSon regard s'Ă©tait portĂ© sur le toit, dont les nombreuses trouĂ©es permettaient au ciel Ă©toilĂ© et aux gouttes de s'introduire dans la cabane, puis sur les toiles d'araignĂ©es ornant les recoins de la piĂšce. Grandes, Ă©paisses et nombreuses, ScĂżlbel ne les quittait pas des yeux, s'imaginant que leurs occupantes pouvaient descendre sur elle pendant son sommeil. Et puis son attention se rua sur une araignĂ©e, sur laquelle se projetait le feu dansant. Au dĂ©but, il ne s'agissait que d'un point qui remuait au plafond. Mais bientĂŽt, la jeune femme put distinguer ses huit longues pattes agiles qui se dĂ©pliaient et se rĂ©tractaient Ă  mesure de la progression, comme les doigts d'une main – des doigts effilĂ©s, crochus et mĂ©ticuleux – tandis qu'Ă  chaque pas, son abdomen se dandinait mollement.

ggScÿlbel, à la fois fascinée par ce spectacle délicat, et textesousdroitsdauteur



635



devant