Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

lieu o√Ļ se reposent tous leurs anc√™tres ?

ggQuoi que ce fut, elle s'y dirigeait.

ggUn sursaut. Vif. Sc√Ņlbel rejeta son bras en arri√®re, une √©charde s'√©tait engouffr√©e dans sa peau. Elle se releva, les murmures d'un fourr√© et des grognements d'animaux la firent s'enfuir. Des pas toujours rapides. Le regard plong√© vers l'avant, vers ce chemin toujours grandissant, qui s'enfon√ßait √† nouveau dans la for√™t. Quelques coups d'Ňďil apeur√©s en arri√®re, vers ce qui la suivait. Pendant tout ce trajet, cette fuite, l'ongle de son pouce appuyait inconsciemment contre la peau de son index pour tenter de faire sortir l'aiguille de bois qui y avait p√©n√©tr√©.

ggEt soudain, elle s'arrêta.

ggToutes ses pensées, ses peurs, sa douleur s'évaporèrent à la vue de la chose se tenant devant elle.

ggDes corps. D'autres corps. Ou ce qui, un jour, avait été des corps. Pendus, comme ceux du deuxième événement.

ggMaintenant, il n'y avait plus que des os retenus entre eux par la chair desséchée qui n'avait pas été rongée par les charognards.

ggVoilà pourquoi ces villageois avaient si peur.

ggOn voulait les effrayer, les maintenir à l'écart. Mais elle, elle devait poursuivre.

ggSc√Ņlbel se baissa, se prot√©gea de ses bras et courut. Elle passa sous les squelettes, ceux-ci tangu√®rent apr√®s qu'elle les ait bouscul√©s, et elle s'enfon√ßa √† nouveau dans l'√©paisse for√™t.

ggSans s'en apercevoir, elle remontait le sentier qui grimpait le long de la montagne. Une pente pas trop ardue ; les traces espacées sur le sol laissaient penser textesousdroitsdauteur



626



devant