Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

esprit. Un village isolé… Mais ça faisait si longtemps.

ggComme chaque jour, la nuit tomba. Le ciel s'assombrit. Très vite, même la lueur des lunes ne perçait plus le filtre des arbres et seule une vague couleur grise traversait les branches et les feuilles. Le rayon de la lampe-torche, musardant sur les troncs, les parterres d'épines, de feuilles et se perdant dans les recoins les plus noirs, permettait à Scÿlbel de se diriger, mais pas de voir distinctement. Les ombres s'étiraient, inquiétantes, menaçantes, les couleurs s'égaraient, laissant la place à toutes les créatures qui pouvaient s'y cacher.

ggLa pente du fil de terre menant au village s'accentuait toujours plus. Bientôt, chaque pas en effritait les bords et manquait à la jeune femme de se faire avaler par l'obscurité. Ses mains s'agrippaient à tout ce qui passait à sa portée, des branches fragiles, l'écorce d'un tronc ou de la terre lorsque l'inclinaison devenait la plus forte. L'escalade devenait difficile pour Scÿlbel, et le poids du sac attaché à son dos ne l'aidait pas.

ggÉpuisée, mais toujours sur ses gardes, des froissements de feuilles détournèrent son attention. Proche. Dans son dos. Elle se retourna, son pied glissa. Elle se retint.

ggTout ce que la lampe balaya n'était que nature. Une nature cendrée.

ggIl y eut un grognement caverneux. Il s'élevait des ténèbres. Et était tout proche.

ggScÿlbel déglutit, se concentra. D'un geste lent, elle amena sa main près de sa ceinture pour y saisir son arme. Toujours fluide, l'autre main balaya les environs. Les reliefs du paysage étaient trompeurs, la moindre textesousdroitsdauteur



574



devant