Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

était fini. C'est horrible, d'imaginer tout ce qui a pu lui arriver, vous savez ?

gg– Je comprends, mais… on est une agence de privés ici. On peut pas intervenir sur une enquête de police en cours. Je sais pas pourquoi on vous a amené là.

gg– Je connais le travail des détectives, insista le vieil homme. J'ai déjà fait appel à des gens comme vous, pour mon travail. Mais il y a de ça deux jours, j'ai reçu ça. »

ggIl fouilla dans son attaché-case et en sortit une simple enveloppe. La lettre était froissée et avait dû être lue et relue plusieurs fois. Ramenton la tendit et la jeune femme la saisit à l'aide d'un mouchoir – souvenir de son passé dans la Direction.

ggLe mot disait simplement :

ggScÿlbel Hiksa, chez l'agence Harshett et associés à Belektig, pour Livline.

gg« Livline, c'est ma petite fille, répéta inutilement Ramenton. Après, l'agence n'a pas été dure à trouver.

gg– Il n'y a pas d'adresse, qui vous l'a remise ?

gg– Elle a été déposée dans ma boîte aux lettres. »

ggConcentrée, Scÿlbel n'écoutait déjà plus. Elle examinait le papier pour y découvrir quelque chose, un signe, une trace de celui qui l'avait écrite. La lettre était tapée, mais ne semblait pas imprimée. On pouvait reconnaître la typographie particulière d'une machine à écrire. Bien sûr, avec un logiciel, il était facile de faire illusion. Scÿlbel se concentra ensuite sur l'enveloppe : pas de timbre, ni d'adresse. Un simple rectangle blanc. Tout ce qu'il y a de plus simple et banal. textesousdroitsdauteur



43



devant