Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

mise en terre, Jakce s'approcha. Il caressa les cercueils durs et inertes sur toute la longueur en guise d'adieux, puis s'accroupit pour chuchoter quelque chose à sa femme avant qu'elle disparaisse. À jamais. Une crise de larmes soudaine l'interrompit. Il baissa la tête pour la retenir. Tenter de se contrôler.

ggDes femmes se mirent à pleurer, comme par mimétisme, certaines se réfugièrent dans la poitrine rassurante de leur conjoint, d'autres dans leur mouchoir en tissu.

ggJakce n'eut que ses manches.

ggUne longue minute plus tard, il se releva et détacha sa main du cercueil. Il aurait voulu la garder posée ici toute sa vie, être près d'elle, tout près, même si elle n'était plus là, à présent, même si elle n'était plus qu'un corps qui se décomposait.

ggIl aurait voulu se jeter contre elle, la serrer, même si ce n'était qu'une boîte de bois. Il voulait crier, hurler tout ce qu'il pouvait jusqu'à se déchirer les cordes vocales, avoir une petite chance, minuscule, qu'on l'entende et la lui ramène.

ggCe moment lui sembla tout à coup abominable, mais il aurait voulu qu'il se prolonge indéfiniment.

ggDécoller cette main du bois verni signifiait la perdre à jamais. Plus jamais il ne pourrait lui parler, plus jamais il ne pourrait la voir, la toucher, la serrer contre lui ou sentir le contact rassurant de sa peau contre la sienne. Plus jamais il ne sentirait l'odeur de cette peau. Plus jamais il n'entendrait ses taquineries. Plus jamais il n'y aurait ses rires. Jamais il n'aurait l'occasion de prendre sa fille dans ses bras. Maintenant, même au plus près d'elles, plusieurs mètres de terre les textesousdroitsdauteur



493



devant