Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

ggCe livre, cette histoire que Sc√Ņlbel n'avait lue, au d√©part, que pour trouver des indices, lui avait permis de penser √† autre chose qu'√† son amie. Maintenant, elle se retrouvait, elle aussi, seule dans son appartement, √† ressasser ce qui s'√©tait pass√©.

ggJakce n'√©tait pas revenu, Sc√Ņlbel se leva en boitant d'une jambe engourdie jusqu'au t√©l√©phone. Dans les derniers rayons de lumi√®re, on pouvait distinguer que ses yeux brillaient.

ggSon ami ne répondit pas, le téléphone sonnait dans le vide. Peut-être organisait-il les derniers préparatifs de l'enterrement.

ggRester seule ici parut soudain insupportable. Sortir. Il fallait qu'elle sorte, aller dans les rues, errer sans but. Voir des milliers de visages inconnus.

ggSc√Ņlbel prit sa veste et claqua sa porte.


ggLes rues √©taient encore bien remplies, m√™me si les gens commen√ßaient √† rentrer s'abriter, clo√ģtr√©s chacun entre les murs de son appartement, √† mesure que la nuit recouvrait la vo√Ľte c√©leste. Le couvre-feu n'avait servi √† rien, si ce n'√©tait accentuer l'√©tat de panique de la population. C'√©tait la peur et non cette loi, qui poussait la foule √† d√©serter les trottoirs. Sc√Ņlbel le voyait dans leurs yeux. Ouverts. Le regard apeur√© d'une proie qui sait qu'elle est traqu√©e, m√™me si elle ignore par qui.

ggAu fil de son chemin hasardeux, l'esprit de la jeune femme s'évada. Elle se remit à penser à Helna, partie. Ça ne faisait que deux jours et pourtant, elle lui manquait déjà. Ce n'était pas seulement son départ, mais aussi tout ce qu'il symbolisait. Ne plus la revoir, jamais, cette soirée abominable et surtout, Alestia. Ce textesousdroitsdauteur



482



devant