Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

tout vrai coéquipier avant Jakce.

ggMais elle ferma juste les stores. Elle s'en était toujours foutu et cette solitude, ce silence et cet espace, elle en avait besoin.

ggEn finissant son repas, elle revint sur chacune des victimes. Elle lut et relut tout ce qui les concernait. Interrogatoires, rapports… Tout.

ggDans leur ordre d'apparition. Livline Ztalfeg, m√™me son cas restait diff√©rent du reste, Eerson Lind, Kriegh Solfer et Landie Steon. Le nombre de personnes interrog√©es √† leur sujet √©tait impressionnant. Autant par Jakce, que Sc√Ņlbel ou d'autres agents.

ggEn ce moment, la consultante revivait toutes ces vies.

gg√Ä force de remonter dans le pass√© des victimes, on devient presque intime avec elle. On conna√ģt les d√©tails de leur existence, leurs go√Ľts, loisirs, amis, pr√©f√©rences‚Ķ Parfois, si la personne interrog√©e s'y pr√™tait, elle pouvait d√©voiler de lourds secrets. Plus Sc√Ņlbel lisait ces lignes qui s'√©tendaient devant elle, plus elle en savait sur ces personnes. Le chemin qu'elles avaient parcouru, leur naissance, leur enfance, leur scolarit√©, leurs amours. Tout le sentier sur lequel elles avaient dessin√© le fil de leur vie et qui avait irr√©m√©diablement amen√© jusqu'√† cette mort. Triste et brutale.

ggMortes. Elles √©taient bien mortes. Hormis, il fallait encore le croire, Livline Ztalfeg. Mais elles vivaient en ce moment. Sc√Ņlbel s'imaginait leur histoire. Elle ne les voyait plus seulement comme des cadavres, un magma de chair d'os et d'organes truff√©s de plaies sur lesquelles s'√©taient amass√©s les indices, elle ne les voyait plus comme un simple et naus√©abond cadavre textesousdroitsdauteur



389



devant