Steve Ryges

Auteur et rédacteur web

(pour plus d'informations sur la rédaction, cliquez ici)

Dans la brume, elle attendait

Oeuvre protégée par des droits d'auteur

lampes puissantes. Ils furent suivis d'un deuxième groupe, avant que certains scientifiques ne se dissolvent dans le noir à leur tour.

ggRapidement, Jakce et Scÿlbel rejoignirent l'immeuble de la Direction et ses bureaux en effervescence.

ggBientôt quinze heures. Ils s'étaient arrêtés prendre un sandwich. Pas le temps de s'attarder sur un repas plus consistant.

ggLa moitié du morceau de pain toujours dans la main, Scÿlbel cala, sous son bras libre, l'ensemble des dossiers des victimes sur lesquelles il fallait se concentrer. Jusqu'à présent, ça n'avait rien donné, mais plus il y avait de victimes, plus trouver ce qui les reliait serait facile. Elles étaient maintenant quatre, sans compter ce que l'on pouvait appeler les « dégâts collatéraux ».

ggJakce l'avait dit : il y a forcément une logique.

ggEt depuis la veille, une phrase lui était restée en mémoire. Tout est dans le passé. C'était par ces mots que commençait le discours de la vidéo. Et on les retrouvait dans la lettre accompagnant la cassette. Deux fois. Ça pouvait être anodin, comme important. Ça pouvait s'adresser à elle, comme à n'importe qui. Ça pouvait signifier tant de choses, mais Scÿlbel y avait vu une invitation pour se replonger dans les vies des victimes. Dans leur passé.

ggElle traversa l'espace ouvert de bureaux pour s'accaparer la salle de réunion où elle étala tous les documents avant de refermer la porte. Un peu de silence et d'éloignement. Le genre de comportement qui l'avait fait passer pour une femme hautaine et solitaire. Une attitude qui lui avait valu l'absence de textesousdroitsdauteur



388



devant